1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Chargement Évènements

« All Events

  • Cet évènement est passé

Deuxième rendez-vous clinique du CPCT. Maniement du transfert dans un traitement bref. Avec Sonia Chiriaco.

Samedi 19 mai 2018, à 13h30, Faculté de théologie protestante, 83 boulevard Arago, 75014 Paris.

Les tarifs :

INSCRIPTION PayPal :

• Tarif individuel pour 3 RdV : 140€ :





• Tarif étudiant et demandeur d’emploi pour 3 RdV : 70€ :





• Tarif individuel pour un RdV : 50€ :





• Tarif étudiant et demandeur d’emploi pour un RdV : 30€ :





Vous pouvez également payer par chèque bancaire à l’ordre de « CPCT-Paris »  en l’envoyant avec le bulletin d’inscription à :
CPCT-Paris, 20 Allée des Frères Voisin, 75015 ParisFormation Continue
Inscription auprès d’UFORCA par chèque :
Suivre les démarches indiqués sur le bulletin d’inscription
– tarif formation continue pour un RdV 90€
– tarif formation continue pour 3 RdV 250€Pour télécharger le Bulletin d’inscription>

Détails

Date :
19 mai
Heure :
13 h 30 min - 17 h 00 min
Catégories d’Évènement:
, ,

Maniement du transfert dans un traitement bref

Deuxième rendez-vous clinique 2018. Clinique sous transfert au CPCT-Paris.

Quelle forme prend le transfert dans un traitement au CPCT ? La brièveté et la gratuité du traitement ne le remettraient-ils pas en question ? De quel transfert s’agit-il alors ? Et comment le manier en seize séances ? Voici quelques questions que nous proposons de traiter cette année, à travers l’exposé de cas, lors des traditionnels rendez-vous cliniques du CPCT-Paris. Freud a indiqué dès 1904, dans ses écrits sur la technique psychanalytique, les règles qui régissent la mise en place du traitement psychanalytique. Selon lui le transfert est un phénomène primordial, nécessaire et spontané dans la relation de parole. Il permet d’entrer dans le travail analytique et fait partie intégrante du traitement, même s’il en constitue par la suite un obstacle. Lacan précise que « Le phénomène de transfert est lui-même placé en position de soutien de l’action de la parole. »1. En 1964, lors de son séminaire, il posait la question de savoir Qu’est-ce qui fonde [la psychanalyse] comme praxis ?2 C’est en isolant ses quatre concepts fondamentaux, à savoir l’inconscient, la répétition, la pulsion et le transfert, qu’il y répond. Concepts sans lesquels la psychanalyse ne saurait être. Le transfert est, en effet, un instrument essentiel au travail analytique. Si l’année dernière lors de notre journée d’étude, nous avons pu montrer en quoi la séance lacanienne au CPCT était l’occasion d’une « tuchê », d’une rencontre avec l’inconscient, cette année sera l’occasion de souligner que cette rencontre – avec l’inconscient – ne peut se faire que sous transfert. L’inconscient est indissociable du transfert. Pour autant, du fait du dispositif, le transfert au CPCT comporte une coloration particulière. En effet, comme l’énonce Lacan, « le transfert est une relation essentiellement liée au temps et à son maniement »3 et au CPCT, du fait de la gratuité du traitement, le temps est compté. Si le transfert en est impacté, ce n’est certes pas du côté d’une précipitation mais bien plutôt dans les effets d’ouverture et de fermeture de l’inconscient que la durée limitée produit. La brièveté du traitement peut permettre une certaine ouverture de l’inconscient mais il revient au praticien de manœuvrer afin que le transfert ne vienne entraver le travail. Il s’agit là d’un maniement du transfert qui tienne compte de la durée maximale des seize séances. En s’engageant dans un traitement au CPCT, le patient se risque, bien souvent pour la première fois, à une parole vraie. Et si la psychanalyse est « une pratique de bavardage »4, celle-ci doit avoir lieu sous le registre du transfert et non du bla-bla. Ainsi, en tant que lieu de consultations psychanalytiques dans la Cité, le CPCT fonctionne, en lui-même, comme une opportunité de transfert à la psychanalyse. À certains, il donne l’occasion de faire l’expérience de l’inconscient et, grâce à cela, d’avoir la chance de poursuivre l’aventure au-delà. Cela se joue au cas par cas. Finalement, à chacun son transfert… Ainsi, au CPCT, nous misons sur le transfert pour produire des changements de position subjective – notamment quant à la part du sujet prise dans sa plainte – ainsi que des effets thérapeutiques rapides et durables. Et c’est bien parce que transfert il y a que les traitements gratuits proposés au CPCT, si brefs soient-ils, sont de teneur psychanalytique. C’est ce que nous verrons cette année à travers l’exposé de cas, lors de nos trois rendez-vous cliniques « Formes du transfert au CPCT » le 27 janvier avec Fabian Fajnwaks, « Maniement du transfert dans un traitement bref » le 19 mai avec Sonia Chiriaco et « Transfert et fin de traitement au CPCT » le 23 juin 2018 avec Jérôme Lecaux.

1. Lacan J., Séminaire VIII, Paris, 1991, Seuil, p. 206

2. Lacan J., Séminaire XI, Paris, 1973, Seuil, p. 11 & 15

3. Lacan J., Écrits, Paris, 1966, Seuil, p. 844

4. Lacan J., Le Séminaire, Le moment de conclure, « Une pratique de bavardage », Ornicar ? n° 19, 1979