1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Chargement Évènements

« All Events

  • Cet évènement est passé

Samedi 26 mai 2018
de 14h à 17h30

Musée d’Aquitaine
20, cours Pasteur
33000 Bordeaux

Inscriptions : 30€ | 10€ étudiants | 80€ Formation permanente
Renseignements : UFORCA Bordeaux 05 56 44 67 25
psychanalyse-aquitaine.fr

Détails

Date :
26 mai
Heure :
14 h 00 min - 17 h 30 min
Catégories d’Évènement:
, ,
Étiquettes Évènement :
, , , ,

Le temps qu’il faut. Le temps dans l’expérience psychanalytique

Evénement original : la Section clinique de Bordeaux, l’ACF-Aquitania et le CPCT Aquitaine s’interrogeront sur le temps qu’il faut en psychanalyse.

Parfois ça urge : un événement s’est produit, rencontre avec le Réel, effraction de la trame signifiante, surgissement de l’angoisse : le temps subjectif s’en trouve bouleversé.
Parfois ça traîne en longueur : atermoiements, tergiversations, inquiétudes. En effet si, pour certains le temps presse, pour d’autres il s’étire, pour d’autres encore, sans passé et sans futur, seul compte le présent. Chacun conjugue donc le temps selon sa propre subjectivité, son propre rapport à la langue, à la pulsion et à l’objet (a).
Dans ces circonstances il arrive qu’un sujet rencontre un analyste. Rencontre singulière : un accueil inédit, une présence inédite et la découverte d’une parole hors de l’usage commun. A chaque séance en effet « l ‘analyste incarne l’inscription passée de la parole -c’est ce qu’on appelle le sujet-supposé-savoir- et ça il l’incarne au présent … comme corps vivant ».
Le sujet rencontre donc une temporalité ignorée jusqu’alors : un laps de temps, la séance, vient scander le temps des habitudes et de la routine.. Une série s’inaugure, brève avec le CPCT, longue voire très longue dans l’expérience analytique. Mais la durée ici n’est pas l’os de l’affaire : ce dont il s’agit c’est du temps logique : instant de voir, temps pour comprendre, moment de conclure. Ce que produit Lacan c’est donc un temps nouveau : ni temps de l’horloge, ni même le hors temps de l’inconscient freudien mais un temps dont le ressort est le transfert et qui s’articule à l’acte. Acte qui scande l’instant de voir, le temps pour comprendre et le moment de conclure ouvrant pour le parlêtre, s’il le désire, au temps qu’il faut pour se faire à être.