Imprimer

---

---

La passe et sa procédure, par Yasmine Grasser

Yasmine Grasser, psychanalyste, membre de l'ECF présente la passe et sa temporalité dans le déroulement de la procédure qui mène à la nomination d'AE, Analyste de l'Ecole.

1. Jacques Lacan : une voix que nul n’a fait taire


Le nom de Jacques Lacan est lié à son séminaire, son École et à la passe.
Son séminaire attirait, il y parlait de Freud et de la psychanalyse avec des petites lettres et des graphes, des mathèmes. Le faire taire, faire silence sur cet Enseignement. Ce fut un beau bruit parmi les psychanalystes. Sa réponse, la fondation de l’École. Il refusait de laisser réduire la psychanalyse freudienne à une thérapeutique médicale. Mais la passe est ce qu’il a trouvé de mieux pour démontrer que l’expérience d’une psychanalyse poussée à son terme est impossible à situer dans le registre thérapeutique. Le « vouloir du sujet » est le seul principe constituant d’une psychanalyse et du psychanalyste. Loin d’être prescriptif ou normatif, il libère le transfert au début de l’expérience, et donne accès à sa cause en fin de parcours. Tel Archimède, Jacques Lacan a fondé son école sur un principe.
Au début des années 2000, la psychanalyse a risqué d’être avalée par le « phénomène psy ». Jacques-Alain Miller a refusé. Comme Lacan, il n’est pas seul. Le Un par Un de la passe reste ce qu’il y a de mieux pour contrer le discours commun.


2. La Proposition de la passe


Elle a changé la demande de devenir psychanalyste.
La passe est l’invention de Lacan. Le terme émerge dans la Proposition du 9 octobre 1967 sur le psychanalyste de l’École. Il désigne : un virage de la cure ; le moment de la passe ; un dispositif ; l’ensemble de la procédure. Le texte de sa Proposition, voté par les membres de son École en 1969, n’a jamais été démenti. Il lie le destin de toute École se référant au nom de Lacan à la passe. Il prévaut contre tout énoncé légiférant sur le statut du psychanalyste, qu’il vienne de psychanalystes ou, pire, du social ; ce serait la disparition de la psychanalyse.
Cette Proposition porte sur l’accession au titre : « analyste de l’École (AE) ». Elle institue un gradus dans l’École, deux classes reliées par la passe : AE, analyste de l’École, titre reçu de l’École par la passe ; AME, analyste membre de l’École, reconnu par l’École comme ayant fait ses preuves.


3. La passe et l’École


La passe est une procédure de l’École, et l’École en est la garante.
Instituée de la Proposition de Lacan, la procédure constitue la passe comme une expérience progressant par étapes jusqu’à un résultat ; avec cette particularité que l’expérimentateur se prend comme objet d’expérimentation. Une fois l’expérience close, un jury examine, ses données, son déroulement, son issue.
Concrètement, un candidat adresse sa demande de passe à l’École, rencontre un secrétaire. Si sa demande est reçue, il procède au tirage au sort de deux passeurs choisis par un analyste membre de l’École (AME) conformément à la Proposition. Devenu passant, il rencontre ses passeurs séparément pour parler de son analyse. Les passeurs témoigneront de ce qu’ils ont
entendu devant le cartel. À la fin, le cartel se réunit, et donne sa réponse : oui nommé AE ; non pas de nomination. Indépendamment de toute nomination, le processus produit une mutation durable du lien du passant à l’École.


4. La passe du sujet


La vérité de la passe : un effet d’être qui destitue le sujet.
Lacan avait décelé le phénomène clinique chez ses analysants ; quand le sujet déchoit de son fantasme et s’évacue comme objet a. Mais il était bien le seul à faire confiance à la structure. Aussi a-t-il voulu que les psychanalystes de son École affrontent cette vérité plutôt que de la passer sous silence ; qu’ils tirent avec lui les conséquence de cette émergence.
Toute vérification implique un examen. Lequel ? La passe. Comment ? En la demandant. Quand ? Au moment où se redouble d’un consentement à l’examen le phénomène clinique. Ce « redoublement » est la marque de la passe qui intéresse l’École ; car elle révèle la nature de l’opération qui a enclenché la fin de l’analyse, et sa structure.
Jacques-Alain Miller a appelé passe 1, le temps où la passe est clinique ; passe 2, le temps où le psychanalysant s’engage dans la procédure. La passe ne dépend que du sujet. S’il rencontre le manque signifiant, s’installe la rétroaction du temps 2 sur le temps 1, il doit conclure. Une mutation subjective impliquée ne répond à aucun critère de sélection ni d’évaluation, elle autorise l’acte analytique.


5. Le passeur est la passe


Le passeur est un analysant choisi par un analyste membre de l’École (AME) ; soit quelqu’un qui puisse répondre de ce qu’il est dans la passe
Ce n’est pas une fatalité, plutôt une issue au désir de l’analyste. Il est ce qui objecte à toute dénégation possible du désir de l’analyste ; il est la passe. Lacan a inventé l’office à lui confier pour la demande du devenir analyste de l’École (AE) pour que les psychanalysants n’oublient pas que cette fonction et son usage sont au service de l’École. Quand deux sont tirés au sort par un analysant, ils deviennent ses témoins, pas ses juges. Le cartel leur réclamera toute la vérité possible sur ce qu’ils savent. Tout le processus tourne autour du désir de l’analyste qui est le pivot de l’expérience.


6. Acte


La passe se demande à l’École.Celui-là qui veut parler de la singularité de son expérience de la psychanalyse osera devenir son propre sélectionneur ; sélectionneur de son lui-même, élucidant ce lui-même tout en étant aux prises avec lui-même.
Cette demande, on le voit, n’a rien à voir avec l’examen dont on a besoin pour valider un cursus, en tirer quelque avantage ou consistance ; car elle n’est pas nécessitée par l’assujettissement du sujet à un Autre. Elle est une demande de place à occuper par rapport à la psychanalyse de la part de quelqu’un juste sur le bord de résoudre son expérience ; donc demande « de fait, sinon de forme ». Dans ce seul cas, le sujet ne connaît que la force du désir qui le porte, et la temporalité qui l’anime, de l’après-coup propre au temps logique, constitutive de son acte.


7. Un remède contre l’identification


Ce remède parie sur le processus de désidentification.
Lacan a eu à faire les frais d’une certaine forme de cooptation dans une société internationale (IPA) trop préoccupée d’elle-même et de son expansion. À un niveau épistémologique, la passe est un remède pour contrer les effets de groupe idéalisants, mais aussi destituants.
S’agripper au mythe du père idéal, refuser de se confronter à la vérité de la destitution subjective comme à ses conséquences, est un choix que Lacan a qualifié de « louche refus » ; car choix suspect, source de confusion et d’errements pour les psychanalystes.
Ce savoir refusé, Lacan l’a vu reparaître dans le réel de la science qui destitue les sujets en masse, que l’Europe a sacrifié tout au long du XXe siècle. Mais le pire n’est pas toujours derrière soi. L’essor d’un discours capitaliste dévergondé a remanié les groupements sociaux en les ségrégant, en les fixant à des modes de jouissance qui, aujourd’hui, la universalisant la désinsertion sociale.
Donc, nulle intronisation par des pairs ne s’effectuera dans l’École de Lacan pour dire qui est psychanalyste. La passe remédie aux effets de groupe pernicieux pour assurer la transmission du savoir analytique.


8. La psychanalyse a changé


La psychanalyse a changé parce que la passe de Lacan a changé les psychanalystes ; le psychanalyste fait partie du concept de l’inconscient, il a à compter dans la cure.
En 1976, Lacan est au-delà de la « demande du devenir analyste de l’École ». Il formule, cette année-là, dans sa Préface à l’édition anglaise du Séminaire XI, une nouvelle proposition : « l’analyste ne s’hystorise que de lui-même ». Il serait faux de penser qu’elle annule celle de 67 : « l’analyste ne s’autorise que de lui-même » ; plutôt elle la prolonge et l’allége des signifiants d’une histoire qui fût pesante à son auteur. La nouvelle proposition, sans majuscule, plus conforme à son Tout Dernier Enseignement, se passe de nomination. Il écrit, non sans un brin d’ironie : « nommer quelqu’un, personne ne peut le faire, Freud n’en a nommé aucun » ; et plus loin : « je répudie ce certificat ». Lacan semble orienter la passe vers une suite nouvelle : au-delà de l’épreuve de capacité, moment d’examen, épreuve d’hystorisation ». Temps 3 d’une passe 3 est-il venu ? IL écrit : cette passe, « Je l’ai laissée à la disposition de ceux qui se risquent à témoigner au mieux de la vérité menteuse ».
Ce dernier texte sur la passe semble définir un programme de travail que Lacan adresse aux futurs candidats.

Bibliographie (date de la première publication)

LACAN J. Subversion du sujet et dialectique du désir dans l’inconscient freudien (Écrits,1966)
Acte de fondation (Annuaire EFP,1965)
Introduction de Scilicet au titre de la revue de l’EFP (Scilicet 1,1968)
La Proposition du 9 octobre 1967 sur le psychanalyste de l’École (Scilicet 1, 1968)
Adresse à l’École (Scilicet 2,1969)
Préface à l’édition anglaise du Séminaire XI (Ornicar ? 12/13,1977)
MILLER J.-A.Théorie de Turin (Politique lacanienne, Buenos aires 2000)