1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Juan-Pablo Lucchelli : « -taisez-vous ! »

Juan-Pablo Lucchelli : « -taisez-vous ! »

Serge Cottet a été la première personne que j’ai rencontrée à mon arrivée à Paris, il y a 23 ans. Je parlais à peine quelques mots de français. Ensuite, j’ai suivi ses cours pendant des années à la rue Navarin. Ce que je peux dire c’est qu’on apprenait toujours quelque chose quand on l’entendait parler de Freud ou Lacan, ou encore des postfreudiens. Je me disais toujours à la fin du cours : heureusement que je suis venu. J’ai fait fait donc un D.E.A. et une thèse avec lui. Ensuite j’ai été en contrôle pendant des années, et pendant une époque je venais depuis Genève pour ces séances (il m’a fallu parfois justifier auprès de la douane mon entrée en France : « je viens pour mon analyse, et mes séances de contrôle… », on me rendait très vite mon passeport…). À quelques reprises, j’avais partagé une table avec lui, et je lui rappelais ses cours à Paris 8 et quelques interventions désopilantes. Une fois il m’avait dit : « vous devriez les écrire ! ». Voici deux échantillons. Une jeune psychologue voulait faire un D.E.A. sur le masochisme…

  • Très bien – avait dit Cottet – mais que voulez-vous étudier au sujet du masochisme ?
  • Ce qui m’intéresse, c’est surtout « le couple douleur-plaisir » avait-elle répondu. La pauvre avait dit ce qu’il ne fallait pas dire.
  • C’est un bon thème pour un magazine porno, mais absolument pas pour un D.E.A. avait dit Cottet.

Un autre étudiant, professeur d’histoire dans un lycée, voulait faire un mémoire « autour de la question », avait-il dit, posée par Freud « Que veut une femme ? ». Pour y parvenir, il allait prendre comme point de repère le philosophe allemand Martin Heidegger. Cottet éclata de rire et lui répondit « Avez-vous jamais vu une photo de la femme de Heidegger ? », « Non », avait dit l’autre, « Faites-le, vous verrez que Heidegger est la personne la moins bien placée pour vous dévoiler le désir féminin ». Mais moi-même je n’étais pas épargné : « Taisez-vous ! », a-t-il pu me dire, il y a très longtemps – ce qu’on devrait me répéter plus souvent.

Je lui dois au moins deux préfaces, je lui ai dédié un livre.

Cottet va manquer.