1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous

La psychose ordinaire : la Convention d’Antibes

La psychose ordinaire : la Convention d’Antibes

La psychose ordinaire : la Convention d’Antibes

Commandez sur ecf-echoppe.

Sous la direction de Jacques-Alain Miller

Enfin réédité !

● Une nouvelle approche de la psychose et de ses traitements.
● Deux livres en un – neuf rapports, élaborés sur le mode collectif, sont discutés dans une conversation riche et approfondie.
● Trois concepts inédits pour s’orienter dans la clinique – le néo-déclenchement (les formes de “débranchement” qui se distinguent du déclenchement classique) ; la néo-conversion (les phénomènes de corps non interprétables de façon classique) ; le néo-transfert (la manœuvre du transfert dans les néo-psychoses).
● La naissance d’une thèse sur les formes discrètes et ordinaires de la psychose : la psychose ordinaire.

Dans l’histoire de la psychanalyse, on s’est intéressé tout naturellement à la psychose extraordinaire, à un Schreber, alors que ce volume présente des psychotiques plus modestes, qui se fondent dans la moyenne : la psychose compensée, la psychose supplémentée, la psychose non-déclenchée, la psychose médiquée, la psychose en thérapie, la psychose en analyse, la psychose qui évolue, la psychose sinthomée.

Le psychotique franc comme le normal sont des variations du parlêtre. Le psychotique n’est pas une exception, et le normal n’en est pas une non plus. Tous égaux devant la jouissance, tous égaux devant la mort. On distingue, non pas des classes, mais des modes.

Si l’Autre existe, on peut trancher par oui-ou-non, il y a des critères, des « répartitoires ». Mais quand l’Autre n’existe pas, on est dans le plus-ou-moins. Quelle est la vérité des choses humaines ? Où qu’on aille, où qu’on soit, le réel se présente sous la forme de la courbe de Gauss.
Le certain est très rare. Puis, il y a le « sûr mais pas certain » : on sait que c’est comme ça, mais on ne peut pas le démontrer. Enfin, il y a le « pas sûr ». Nous travaillons dans le pas sûr. « Ce n’est pas sûr », c’est la réplique universelle. On est presque toujours dans l’à-peu-près.

S’il existe des lieux comme la Croisette, la Promenade des Anglais à Nice, les Planches de Deauville, notre Convention, c’est que la pensée est condamnée à l’approximation, à la conversation. Évidemment, il ne faut pas en faire ses délices. C’est justement parce que nous sommes dans la pratique condamnés à la pensée approximative, qu’il nous faut maintenir notre postulation vers le mathème.