1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous

Qu’est-ce qu’un cartel ?

Qu’est-ce qu’un cartel ?

Qu’est-ce qu’un cartel ?

Franck Rollier

C’est un dispositif de travail inventé par  Lacan en 1964, pour rendre vivante l’étude de la psychanalyse. Il s’agit d’adopter « le principe d’une élaboration soutenue dans un petit groupe. Chacun d’eux se composera de trois personnes au moins, de cinq au plus, quatre est la juste mesure. Plus une chargée de la sélection, de la discussion et de l’issue à réserver au travail de chacun » (1).

Travailler en cartel
Un  cartel peut se constituer à tout moment. Les soirées des cartels qui, dans chaque région, ont lieu plusieurs fois l’an, en sont souvent l’occasion. Qui cherche cartel peut aussi s’adresser directement au secrétaire aux cartels de  l’Ecole Franck Rollier, qui l’orientera vers le responsable des cartels de sa région. Il n’est pas nécessaire d’être membre de l’ECF ni d’une ACF pour en faire partie.

Quatre cartellisants s’entendent pour travailler ensemble sur un même thème. Ils font ensuite appel à une personne désignée comme plus-une. Le cartel est alors constitué ; il se choisit un titre et chaque cartellisant précise son sujet de travail qui lui est propre. Il peut s’agir de la lecture d’un texte fondamental de la psychanalyse, de l’étude d’un concept, d’une recherche clinique ou théorique, ou encore d’un sujet en connexion avec d’autres champs.
Le cartel est un outil souple qui peut aussi se mettre au service d’un événement : forum, conférence, journée d’étude, colloque etc.
Le cartel se réunit régulièrement, corps présents, pour une durée d’une année. « Pour prévenir l’effet de colle, permutation doit se faire, au terme fixé d’un an, deux maximum » (2). Le cartel est alors dénoué.
Cette organisation circulaire vise à parer aux effets imaginaires d’un groupe, qui conduisent inévitablement à faire cercle ou à tourner en rond. Avec le cartel, il s’agit de créer un tourbillon qui amène un gain de savoir pour les cartellisants. C’est à cette fonction que répond la présence du plus-un qui est chargé « de la sélection, de la discussion et de l’issue à réserver au travail de chacun » (3). Le cartel fait rupture avec l’étude solitaire, mais aussi avec les enseignements  traditionnels et l’information glanée sur Internet. Lacan réfèrait son  choix du  signifiant cartel  à l’italien cardo, le gond (4). C’est dire que l’ouverture, la surprise et la découverte sont à l’horizon de ce dispositif.

Inscrire un cartel
Etre en cartel c’est aussi inscrire son travail dans une expérience liée à  la vie de l’Ecole de la Cause freudienne et à son  but : « restaurer la vérité de la psychanalyse, en transmettre le savoir, l’offrir au contrôle et au débat scientifique ». Un catalogue des cartels est publié chaque année où  figurent tous les cartels qui se sont déclarés à l’ECF.

Textes de références
Quelques textes permettent de saisir les enjeux du cartel et de sa formalisation. Ils sont réunis dans la page Les Cartels dans le texte.
A lire également, l’intervention de Jacques-Alain Miller, toujours d’actualité, « Cinq variations sur le thème de l’élaboration provoquée ».
La  Transcription des Journées de l’Ecole freudienne de Paris des  12 et 13 avril 1975, consacrées aux cartels, avec les interventions de Jacques Lacan. Publié à l’origine dans Lettres de l’Ecole freudienne de Paris, 18, 1976.

site de Cartello>, l’écho électronique des cartels

(1) Acte de fondation de l’Ecole freudienne de Paris
(2) J. Lacan, D’Ecolage
(3) Acte de fondation de l’Ecole freudienne de Paris
(4) Journées de l’Ecole freudienne de Paris, 12 et 13 avril 1975
(5) Statuts de l’ECF