1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Un cartel à l’époque de Lacan

Un cartel à l’époque de Lacan

Par Francisco-Hugo Freda

 

Je suis arrivé à Paris fin novembre 1972. Le 12 décembre je suis allé au Séminaire de Lacan. Le mardi c’était le Séminaire de Lacan. C’est là que j’ai entendu parler, pour la première fois, du cartel. A vrai dire, tout ce que je voulais savoir concernant la psychanalyse, je l’ai trouvé le mardi. Je me souviens très bien d’avoir demandé à un membre émérite de L’EFP ce qu’il entendait par un cartel et comment je pouvais y participer.

Je me souviens encore de mon étonnement lors de l’explication qu’il m’a donnée sur la fonction du Plus-un, très générale, plutôt vague et, au fond, complètement incohérente. Á l’époque j’ai commencé à participer à la vie de l’École Freudienne de Paris, je faisais le tour des enseignements et, une fois, je me suis arrêté pour écouter un analyste, à peu près de mon âge. Je me rappelle encore le ton de sa voix, les accents, la façon qu’il avait de lire Freud. Je l’ai attendu à la fin du cours, je me suis présenté et il m’a donné son nom : Éric Laurent. La conversation tournait court. Je n’ai pas hésité un seul instant à évoquer que, pendant son enseignement, il avait parlé d’un cartel dans lequel il travaillait – et je lui ai exprimé mon souhait de participer à ce travail. La réponse fut précise : nous sommes cinq, donc pas de place pour un sixième. J’ai compris la formalisation.

Après, je me suis renseigné sur le cartel, son histoire, et, surtout, sur un point – la possibilité de rentrer à l’EFP à partir du travail du cartel, j’ai su qu’il y avait des analystes qui devenaient membres par cette voie. C’est sur ce point, que j’ai vu la différence énorme entre le cartel lacanien et un groupe d’étude.

Le cartel avait de multiples fonctions, entre autres, on pouvait devenir membre de l’EFP à partir du travail de cartel. Il s’agissait, évidemment, je l’ai compris bien après, de faire du savoir une clef, un instrument, un point d’appui, pour faire valoir le rapport que chacun avait avec la psychanalyse. De la même façon que Lacan a défini le sujet supposé savoir, le cartel pouvait produire un nouveau savoir, un savoir produit à partir d’un type spécial de dialogue.

Je ne me suis jamais arrêté vraiment sur la formalisation du cartel. Beaucoup de collègues, à l’époque, ont insisté sur ce point. Je n’ai jamais prêté une attention extrême à la fonction du Plus-un, pourtant j’ai maintes fois été appelé à cette place. La seule chose qui m’intéressait vraiment était la suivante : comment faire pour qu’un petit ensemble, à peu près ordonné, puisse produire un savoir – une invention de savoir.

 

À Paris, le 4 juin 2017