1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Éric Zuliani : Serge, sans ambages

Éric Zuliani : Serge, sans ambages

Je ne connaissais pas Serge Cottet mais je l’avais rencontré : plusieurs fois, ça compte, et du coup il comptait pour moi. C’était un homme sans ambages, de ceux qui n’ont rien à perdre à dire, entrant dans la dispute sur tel ou tel point de la doctrine ou d’un cas. Il appelait un chat un chat, et son abord, particulièrement du sexe, était un mélange de franc parlé, de subtilité clinique et d’esprit qui ne manquait jamais. Il était alors fidèle au désir de Freud qu’il interrogea dans un remarquable ouvrage.

Durant ses années de contribution au CEREDA, au côté de Judith Miller, je me souviens d’une séance d’examen de cas que nous avions reçu pour une Journée d’Étude. Chacun avait lu la trentaine de textes, à propos desquels nous échangions. Serge Cottet longtemps silencieux prit la parole pour faire remarquer que la plupart des enfants dont il était question « couchait dans le lit de leur mère ». Surprise générale, levée de l’amnésie des dites « grandes personnes » quant à la sexualité infantile, et sensationnel retournement de la perspective de lecture ! Il était décidément épatant !

J’attendais toujours avec impatience ses prises de parole qui prenaient souvent les choses à rebrousse-poil, sûr que nous allions apprendre quelque chose de la conversation authentique qui s’établissait alors.

Il était capable tout à la fois d’être respectueux de la présentation d’un travail et de lui donner un coup de pouce pour l’éclairer mieux.

Alors que j’avais présenté un texte sur la garantie qui avait suscité des questions, c’est sur le trottoir, remontant le Boulevard Raspail, qu’il fit apparaître plus justement ce que je voulais dire.

Son enseignement annoncé cette année laissait apercevoir le souci avec lequel il situait toujours la psychanalyse dans le moment de notre civilisation. On aurait bien rit et beaucoup appris.

Une voix manque déjà dans notre conversation continue.