1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Chargement Évènements

« All Events

  • Cet évènement est passé

Contact : Dominique Fraboulet – 06 14 74 27 42 –
acfvlb.angers49@orange.fr
Site : www.associationcausefreudienne-vlb.com

Participation aux frais : 8€ – étudiants : 5 €

Détails

Date :
18 octobre 2014
Heure :
14 h 30 min - 18 h 00 min
Catégories d’Évènement:
, ,

En fin d’analyse, un nouvel amour ?

Samedi 18 octobre à 14h30
Institut Municipal – rue du Musée – Angers

CONFÉRENCE DES ANALYSTES DE L’ÉCOLE
Organisée par l’ACF-Val-de-Loire-Bretagne, bureau d’Angers

Danièle LACADEE : L’amour, encore et en-corps

«  Une psychanalyse, ça demande d’aimer son inconscient », disait Jacques Lacan à la fin de son Séminaire “Les non-dupes errent”. L’amour s’a-dresse au savoir, supposé contenu dans l’inconscient. La chute du sujet supposé savoir à un moment de la cure ouvre-t-elle à un nouvel amour ? A celui du réel ? Non, car l’amour veut, à partir de deux, faire Un : il supplée à la différence des jouissances des partenaires et dans l’inconscient il fait copuler les signifiants pour donner du sens. Il est trompeur. En fin de cure il y a un aperçu sur le réel, grâce à un signifiant tout seul qui se passe d’un autre signifiant et déjoue toute suppléance. Ce réel l’analy- sant en est seul responsable. Cette expérience lui permet de supporter l’amour de transfert de ses analysants, le temps nécessaire, tout en gar- dant le cap sur le réel. Sa libido est alors reversée au profit du discours analytique.
Pour un sujet féminin, pas tout pris dans la jouissance phallique, l’amour se présente souvent sous la forme érotomaniaque, sans limite. L’analyse peut permettre de s’accommoder d’un amour moins fou, où ce sujet abandonne les identifications qui lui donnaient des airs d’être, l’amenant à « n’être pas » et à consentir au pur vivant du sujet.

Bruno DE HALLEUX : Aimer, hors de la prise du fantasme

Si  l’analyse  déchiffre  et  résout  les symptômes d’un sujet, elle opère aus- si sur le fantasme, comme l’affirme Lacan dans son allocution sur les psy- choses de l’enfant. En fin d’analyse, le sujet dans son rapport à l’autre découvre un nouvel amour. Lorsque son fantasme se réduit, un rapport inédit au partenaire devient possible, un rapport allégé et débarrassé de l’aliénation à l’image et au fantasme qui contaminait le désir. Nous interrogerons ces points à partir de la clinique de la fin de cure.