1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Chargement Évènements

« All Events

  • Cet évènement est passé

Samedi 15 octobre 2016 de 14h30 à 17h
Maison Paul Bert, 5 rue Germain Bénard, Auxerre – salle Anna
Tarif : 10€
Contact : mailto >
Tél. : O6-14-43-86-38
Site internet : http://www.acf-bfc.fr

Détails

Date :
15 octobre 2016
Heure :
14 h 30 min - 17 h 00 min
Catégories d’Évènement:
, ,
Étiquettes Évènement :
,

La psychose ordinaire dans un cycle “Parler fait-il toujours du bien ?”

Après-midi d’études psychanalytiques
L’an dernier nous avons traité du rêve, de la déception, du réveil, de la réalité. Nous abordons maintenant le matériau commun à tout cela, qui n’est autre que la parole. La parole, le discours, la langue sont les instruments que nous avons à notre disposition pour accueillir, consulter, traiter, analyser. Si notre pratique est « de parole », lire ou relire les textes classiques de Lacan comme « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse » nous donnera un premier repérage de ce qu’est notre instrument, notre outil. Ainsi nous constituerons un tissu de références qui permettra de converser ensemble, et de vérifier si cette conversation clinique et théorique fait partie intégrante de notre travail.
Les conditions pour projeter des films n’étant pas réunies pour l’instant, nous avons donc resserré notre programme de cette année autour de notre question : Parler fait-il toujours du bien ? Et nous faisons le pari que parler ici, entre nous, ne nous fera pas de mal. Notre actualité clinique est riche, trop riche parfois, elle suscite l’angoisse et des questions auxquelles nous devons apporter des réponses. Nous vous proposons trois questions, qui lient théorie et pratique :
Comment articuler la différence entre névrose et psychose ?
Pourquoi supposer la psychose plutôt que la névrose au cours des premiers entretiens ?
Quelles en sont les conséquences ? Que peut la parole dans l’un et l’autre cas ?
Cette année nous partirons donc de Lacan, et nous retournerons à Freud en fonction des textes que Lacan cite. Nous démarrerons avec le livre III du Séminaire intitulé Les Psychoses.
Par ailleurs, il y a, plus proche de nous, une notion qui s’est imposée dans les travaux des sections cliniques depuis une dizaine d’années, qui est la notion de la psychose ordinaire. Comment en sommes-nous arrivés là ?
À la charnière, un texte de Jacques-Alain Miller, de 1994, programmatique : « Forclusion généralisée ».
Et il y a, enfin, le livre XXIII du Séminaire qui nous ouvre des perspectives spécialement passionnantes, dont
l’intérêt est activé par le dernier ouvrage d’Eric Laurent « L’Envers de la biopolitique » paru chez Navarin.
Ces exposés seront d’autant mieux venus que des cas cliniques permettront de les mettre à l’épreuve. Il y aura donc à chaque séance la présentation d’un ou de deux cas.
Programme : les exposés des organisateurs (N. Georges-Lambrichs, P. Johansson-Rosen, K. Lubanska, D. Mathey, A. Sangnier), des membres de l’ACF BF-C (Thierry Vigneron), des participants (Christophe Gentaz).