1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Lacan Quotidien

Lacan Quotidien

Bloc de Lacan Quotidien
http://www.lacanquotidien.fr/blog/

Lacan Quotidien, accessible à qui veut connaître l’actualité lacanienne

Avec ses deux mille cinq cent visiteurs par jour en moyenne, Lacan Quotidien, par sa Lettre est devenu en quelques mois Le média international d’information lacanienne. Aux prises avec le réel, il informe au quotidien sur l’actualité de la clinique psychanalytique, sur la politique et la vie culturelle. Lacan Quotidien s’offre comme un véritable outil d’analyse critique, d’échanges et de combat pour comprendre le monde et y répondre. Un laboratoire effervescent où les concepts psychanalytiques sont à la fois utilisés pour proposer des réflexions sur la société contemporaine et questionnés par celle-là même. Son site est un lieu de conservation de cette pensée lacanienne en mouvement, mais il est également un espace d’information sur les rendez-vous du champ freudien et présente régulièrement une sélection d’évènements susceptibles d’intéresser l’Opinion éclairée.

Lacan Quotidien est un journal gratuit, accessible à qui veut savoir.

Une équipe de cinquante personnes est attachée à sa rédaction. Elle se compose de chroniqueurs, rédacteurs, de correcteurs et de traducteurs. Des correspondants européens, russes, et originaires d’Amérique centrale et du Sud, se font l’écho de l’actualité internationale. Lacan Quotidien se veut être un journal de Babel, publiant les textes de ses correspondants en version originale, et en version française, il est aussi traduit en portugais et en anglais afin de favoriser les échanges entre les différents pays et faire avancer la recherche psychanalytique en mutualisant les questionnements et les trouvailles. Ses Lettres sont ouvertes aux contributions libres et spontanées des lecteurs de Lacan Quotidien afin que la pensée qu’il diffuse n’ait de cesse de se réinventer au fur et à mesure des nouvelles parutions.

Lacan Quotidien, c’est l’Intranquille, en tant que cet affect est le signe du réel auquel il répond. Les journalistes du réel qui alimentent ses Lettres convoquent le lecteur à penser et à prendre ses responsabilités, en dévoilant les ressorts de la vie contemporaine. Lacan Quotidien est aussi bien observateur du monde, qui prend acte de son évolution, qu’acteur dans le monde, par les effets qu’il produit, ainsi dans le combat qu’il mena pour la libération de Rafah Nached en 2011, ou bien, en 2012, le combat qu’il mène, au cœur de l’année de l’autisme comme grande Cause nationale pour faire comprendre ce qu’est la psychanalyse, sa manière respectueuse, précise et délicate de s’occuper du mal-être des sujets, en connexion avec la modernité, et de mettre en lumière l’agressivité inhérente aux méthodes cognitivo-comportementales dans leurs manières de forclore la subjectivité du sujet.

Jour après jour, Lacan Quotidien est la preuve que ce qui s’écrit de l’Histoire, est de la responsabilité de chacun. Alors gardez la plume alerte… car le monde de demain, c’est aujourd’hui qu’il s’écrit.

Kristell Jeannot

SON HISTOIRE

Temps 1
À l’origine, il y eut LNA-Le Nouvel Âne. Un journal militant fondé par Jacques-Alain Miller, utilisé pour faire entendre et défendre le discours psychanalytique. LNA est né en octobre 2003 d’un amendement voté à l’unanimité par l’Assemblée nationale, qui prétendait définir les psychothérapies. Il revint en 2008 sous la forme d’un magazine périodique paraissant quatre fois l’an pour lutter contre le dispositif d’évaluation organisé par l’AERES, visant à écarter la psychanalyse de l’enseignement universitaire. « Quand tous pliaient, fin 2003, devant l’amendement aberrant, l’École de la Cause freudienne seule osa se dresser et, à la surprise générale, elle l’emporta, écrit J.-A. Miller dans son éditorial, (LNA n°8, fév.2008). Le Champ freudien prit une position en flèche contre l’évaluation

[…]. », et elle fut entendue par les pouvoirs publics. Mme Roselyne Bachelot-Narquin inaugura le 1er février 2003 le Colloque « Déprime Dépression », dans les locaux et sous le Haut patronage de son ministère. En 2008, le mouvement du champ freudien, fit à nouveau reculer l’AERES.
Et de conclure : « De grands combats nous attendent, de grandes tâches nous requièrent. Le programme initial de Lacan pour son École – juin 1964 – était de « reconquérir » le champ freudien. Dans cet ordre, ce qui pouvait être fait a été fait depuis la mort de Lacan. (1981). Il nous reste rien de moins à conquérir la société – par l’exemple et le discours. Ceci est aujourd’hui à notre portée, à condition de savoir se réinventer. »

Temps 2
Programmé pour le 7 septembre, le premier numéro de Lacan Quotidien est paru le 18 août dernier. Au départ, Lacan Quotidien devait être un espace éphémère de témoignages et d’échanges pour fêter la vivacité de la pensée du Dr Lacan et rendre hommage à sa mémoire à l’occasion de l’anniversaire des trente ans. Faire vivre son héritage intellectuel relève d’une nécessité, celle de faire usage des boussoles conceptuelles qu’il a conçues, pour nous orienter dans la clinique au travers de ses Écrits, et de ses Séminaires. Une démarche visant non pas à mortifier ses signifiants voire à les sacraliser, mais au contraire, à les faire fonctionner, en respectant leur articulation, au contact du réel, et du monde contemporain.

Lacan Quotidien fut annoncé par Judith Miller, sa fille, ce qui rendait les choses d’autant plus émouvantes, via le canal de l’agence lacanienne de presse : « Ce sera un espace de liberté, permettant à ceux qui le souhaitent d’échanger sur « l’actualité Lacan » de la rentrée. » Il devait être diffusé du sept septembre, au dix-sept octobre. Mais à cet élan de gai sçavoir lacanien, s’est associée une saine colère incarnée par trois « non » successifs face aux paroles de l’Autre : non, il n’est pas possible de dire tout et n’importe quoi sur l’œuvre et la vie du Dr Lacan, non, il n’est pas possible de censurer le travail d’un homme, Jacques-Alain Miller choisi par Jacques Lacan pour prendre soin de son œuvre, au bénéfice du fond de commerce d’une historienne qui se complait dans ses hystoires.

Au moment de la naissance de Lacan Quotidien, la confrontation de deux langues, dévoilent deux rapports au monde foncièrement opposés. D’un côté, la langue de la rhétorique, qui manie les signifiants avec d’autant plus de facilité qu’ils glissent, par leur art, sur le réel, à coup d’effets d’annonce, de phrases bien tournées, et d’arguments de maître… Mais peu importe la vérité pour qui en fait l’usage, seul compte l’effet attendu de subjugation du signifiant, seul compte le pouvoir qu’il permet. De l’autre côté, la langue orientée par le réel, et qui acquiert ainsi, le sens de l’impossible. C’est la langue qui est utilisée par les auteurs de Lacan Quotidien. De fait, on ne ressort pas indemne d’une lecture de Lacan Quotidien.

Jacques Lacan, dans les séances, invitait l’analyste à se détourner du sens, au bénéfice de la structure du discours, de l’objet, de la jouissance. À celui qui s’interrogeait hier sur ce qui « restait » de Lacan, une réponse se propose : lire Lacan Quotidien. Voyez la vie qui palpite au travers de ses pages. À chaque sortie de Lacan Quotidien, nous démontrons que la pensée de Lacan est symboliquement vivante, et, pour reprendre Spinoza, cela contribue à notre bonheur de dire ce que nous en avons compris.

Temps 3
Work in progress c’est l’écriture en cours. http://www.lacanquotidien.fr/blog/