1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Miquel Bassols : toujours extime

Miquel Bassols : toujours extime

J’apprends la nouvelle amère du décès de notre collègue Serge Cottet à Buenos Aires, en même temps que nos collègues de l’EOL. C’est alors que deux flashs me traversent.

Le premier, remonte à un jour de 1984 à Barcelone à Tejada, un bar de tapas dans lequel nous avions l’habitude de nous rendre avec l’enseignant invité du Séminaire du Champ freudien avant de le reconduire à l’aéroport et après deux journées de travail intense. Cette fois nous avions invité et connu pour la première fois Serge Cottet. C’était le lacanien le plus freudien parmi les lacaniens et aussi, assurément, le plus freudien des freudiens. Dans sa lecture très précise des textes de Freud, il avait su saisir le désir de l’analyste pour développer un travail qui servit de boussole à plusieurs générations. Nous venions d’assister à un magnifique Séminaire et, maintenant, nous devisions, entre tranches de jamón de Jabugo et crevettes à l’ail, des partitas de Bach pour violon, sur les diverses et meilleures interprétations qu’il connaissait si bien. Sous la table, son sac toujours un peu en désordre, plein de livres qu’il emmenait toujours avec lui, d’un côté et d’autre. Serge Cottet, lecteur vif qui savait faire se répondre le texte et les enjeux qu’il posait.

Le second, c’est en 2000 à l’Université Paris VIII, le jour de ma soutenance de thèse de Doctorat d’État sur Ramon Llull. Serge Cottet faisait partie du Jury devant lequel je m’essayais à défendre la logique de la psychose dans l’œuvre de ce « mystique du langage » tel qu’il le qualifia d’une manière si pertinente. Après avoir exposé, point par point, sa lecture précise comme « solution élégante du sujet » il lança, en forme de question, sa petite pointe discrètement ironique : « Vous croyez qu’avec son œuvre cet homme échappa à son destin mortel de martyr de l’inconscient ? » Serge Cottet, lecteur incisif qui savait nous poser les questions auxquelles on n’avait pas pensé et dont la réponse était, néanmoins, déjà là, sur le point de se dire.

L’année suivante, les enseignants de la Section clinique de Barcelone ont choisi Serge Cottet comme directeur extime de notre Séminaire interne. Nous regretterons toujours qu’il n’ait pu se poursuivre plus longtemps.

Merci, cher Serge, pour vos enseignements et pour votre présence constante. Elle nous manque déjà.

Texte traduit de l’espagnol par Guy Briole.