1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Philippe Benichou : pour Serge Cottet

Philippe Benichou : pour Serge Cottet

C’est avec une grande tristesse que j’apprends ce jour la disparition de Serge Cottet. Pendant plusieurs années, je me suis rendu tous les quinze jours pour un contrôle, au 38 rue du Faubourg St Martin où il recevait. Je garderai en mémoire sa disponibilité et sa bienveillance, tout comme le sérieux avec lequel nous abordions chaque cas et en construisions modestement l’épure.

Je veux ici honorer en particulier le goût et le grand savoir de Serge Cottet concernant la musique, par l’évocation du dernier travail que j’ai mené avec lui, à savoir un cartel sur un sujet qui nous réunissait avec d’autres collègues1, autour des relations entre musique et psychanalyse. Un an durant, Serge Cottet nous accueillit dans un salon où l’on pouvait apercevoir piano, violon et partitions. Ce cartel a fait l’objet de plusieurs publications mais je veux évoquer ici son article en tout point remarquable, « Musique contemporaine : la fuite du son »2, tant il témoigne de sa profonde réflexion sur la question, d’une connaissance fine et précise de la musique contemporaine, article qui traite le sujet à-partir du dernier enseignement de Lacan, et qui me semble pouvoir être considéré comme conclusif sur la question. À l’occasion de ces rencontres, je me souviendrai, ému, de l’enregistrement qu’il nous fit écouter du Concerto à la mémoire dun ange de Berg, qu’il interprétait au violon et aimait tout particulièrement.

__________________

Notes :

  1. Ce cartel a notamment publié un entretien avec le compositeur et musicologue Jean-Yves Bosseur, sous le titre « Schoenberg et Cage», in « Ouï ! En avant derrière la musique», La Cause du désir, hors-série, diffusion ecf-echoppe, p.12.
  2. Cottet S. op. cité, p.49.