1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Pierre-Gilles Guéguen : pas toute

Pierre-Gilles Guéguen : pas toute

Serge n’avait que quelques années de plus que moi mais je l’ai toujours considéré comme un aîné en psychanalyse. J’ai aimé sa façon de lire Freud avec Lacan et c’est surtout au Séminaire de DEA de Jacques-Alain Miller que j’ai pu mesurer le savoir-faire qu’il avait acquis de ces allers et retours permanents qu’il effectuait entre nos deux maîtres avec tant de grâce. Par la suite nous sommes devenus collègues à Paris 8 et ce furent des années au cours desquelles l’estime que j’avais pour lui n’a fait que se confirmer.

Il y a une chose qui m’a toujours laissé à la fois étonné et admiratif : aussi bien dans un colloque que lorsqu’il faisait une conférence (et il est très souvent venu à l’Atelier de psychanalyse appliquée pendant les huit années où Marie-Hélène Brousse et moi-même en avions la direction), Serge arrivait toujours avec un sujet qu’il avait préparé à fond, dans une totale indifférence au temps de parole qui lui serait octroyé. Il pouvait parler vingt minutes ou une heure sur un thème qu’il avait préparé, mais quand on l’arrêtait (et là aussi il était indifférent à ce moment et s’exécutait toujours de bonne grâce), il parvenait toujours à faire entendre que ce qu’il avait dit et qui déjà était très enseignant, comportait encore bien des arguments en réserve, mais qu’aucun exposé ne permettrait de les discuter tous. Je lui ai bien souvent envié la docilité qu’il avait envers la coupure, soutenue par sa haute exigence à préparer en détail son adresse aux collègues et étudiants : il témoignait ainsi pour moi d’une monstration en acte d’un rapport au trou du savoir, lui qui était si érudit.

Le mot de la fin, semblait-il nous dire, n’appartient à personne, la psychanalyse est soumise au régime du « pas toute »…