1, rue Huysmans - 75006 Paris, France | T:+33 01 45 49 02 68 | F:+33 01 42 84 29 76 Contactez-nous
Tactique, stratégie et politique

Tactique, stratégie et politique

Marta Maside Docampo
30 octobre 2017
Depuis quelques années la psychanalyse d’orientation lacanienne a commencé à répondre à diverses politiques du maître qui ont attaqué son libre exercice. Avec l’opposition réussie de Jacques-Alain Miller à l’amendement Accoyer en France (2003), le Champ freudien a commencé à lancer diverses initiatives destinées à garantir la tutelle de leurs droits fondamentaux : les observatoires, les Forums, FCPOL…mécanismes qui nous permettent d’être en alerte et de répondre aux tentatives visant à réduire ou à éliminer la pratique de la psychanalyse.
La psychanalyse reste subversive, parce que c’est une pratique de la parole qui préserve l’être parlant et sa spécificité, cette variable antipathique, désagréable et réfractaire au contrôle de la population, que lediscours du maître cherche à imposer. Ce discours qui règne désormais et qui selon moi trouve une dénomination précise dans le titre du livre « L’autoritarisme scientifique » de J. Peteiro. Scientisme, burocratisation, évaluation, hygiénisme… Pousser à l’effacement de tout ce qui n’est pas quantifiable, prévisible, de tout ce qui ne passe pas à travers le filtre divin de la science.
Mais la psychanalyse ce n’est pas seulement une pratique, c’est aussi un discours, un discours qui vise au savoir. Le savoir de chaque sujet, un par un, sur ce qui le détermine de son inconscient. Une entière «arme de construction de masse», comme l’a dit récemment Luis Piedrahita, un comique espagnol, sur le sens de l’humorisme.
Il me semble que la movida Zadig réponde parfaitement à ce mouvement en expansion. Je pense que lepari de J.A. Miller de mai 2017 (Madrid), après les Forums ouverts ALP, ait à voir précisément avec cela: ce n’est plus seulement une question de tactique, ni de stratégie, il faut passer à la politique. Il faut faire lesaut, malgré nous, dans l’espace public. Ainsi que, les analysants qui passent à la position d’analystes, décident en faisant la passe.
La psychanalyse n’est pas l’unique pratique de la parole existante. Si nous y pensons, la loi, celle qui gouverne notre vie en commun et beaucoup de nos liens, qui donne son nom à l’Etat de Droit, ne découle pas de la science. Elle vient de l’expérience humaine accumulée. Les lois s’écrivent, s’approuvent se modifient ou s’éliminent pour réguler les diverses expériences de coexistence, la distribution des biens. Elles sont le produit d’un commun accord qui se révèle plus ou moins efficace au fil du temps. Interdisons la loi ? Elle n’est pas scientifique!
Le titre de ce Forum est très beau : désirs décidés pour la démocratie! La démocratie, l’instrument lemoins imparfait que nous ayons créé, du moins jusqu’à ce jour, pour vivre de l’espace, pour la diversité, au sein de la difficile coexistence des multiples jouissances. Pour cela, il est nécessaire, nous le constatons chaque fois davantage, de la protéger bec et ongles.
Mais les interprétations d’un même signifiant comme peut l’être « démocratie », peuvent parfois différer. Il est évident qu’il ne signifie pas la même chose pour les nouvelles générations et pour celles qui se constitueront sous l’égide du Nom du Père. En Espagne, par exemple, certaines jouissances ne sont plus partagées par les jeunes, à partir du nom propre du notre Pays. Toutefois je ne crois pas que ce soit tant le modèle démocratique, que l’usage que nous en faisons qui est en train de changer. Cette intéressante democrazia 2.0 que nous présente Berenguer quelles caractéristiques a-t-elle ?
L’invasion de la technologie dans la communication humaine a aussi ses conséquences dans la politique. Maintenant l’opinion publique a un poids et une capacité d’agir, de faire pression directe sur la sphère politique, inhabituels jusqu’à il y a peu. La communication digitale a eu pour effet de réduire la distance qui séparait les politiciens des citoyens. D’une certaine manière elle a contribué à rapprocher la parole des uns et des autres.
Cela comporte aussi une contrepartie : l’énorme prégnance de l’imaginaire dans le discours actuel rend difficile la lecture. Les politiques doivent apprendre à marche forcée à distinguer entre un argument et un slogan (S1 tout seul) – à ne pas répondre toujours à toutes les questions – car il en découle diverses conséquences. Pour cela, il me semble que la carte que peut jouer la psychanalyse d’orientation lacanienne soit cruciale : un désir décidé et une volonté de jouissance, ce n’est pas la même chose.

BIBLIOGRAPHIE“Fonction et champ de la parole et du langage”, Ecrits, vol. 1, J. Lacan

“El autoritarismo científico”, J. Petero Ediciones Miguel Gómez

“Illuminaciones paganas acerca de Simone Weil, la virgen roja”, J. A. Raymondi. Revista El Psicoanálisis nº 29.

“La democracia 2.0 y la transformaciones del estado de derecho”, E. Berenguer:
https://zadigespana.wordpress.com/2017/10/05/la-democracia-2-0-y-la-transformacion-del-derecho/

Pubblicati in italiano sul sito SLP in due parti:
1) https://www.slp-cf.it/la-democrazia-2-0-la-trasformazione-del-diritto-1/
2) https://www.slp-cf.it/la-democrazia-2-0-la-trasformazione-del-diritto-2/

“Brevi annotazioni iniziali. Verso il Forum Desideri decisi di democrazia in Europa, 18 novembre 2017 a Torino”: https://zadigespana.wordpress.com/2017/10/07/breves-anotaciones-iniciales-hacia-el-forum-deseos- decidere della democrazia in Europa-del-18-de-novembre-2017-en-turin /

Pubblicato in italiano sul sito SLP:
https://www.slp-cf.it/desideri-decisi-democrazia-europa/

Intervista di JAM al Forum SCALP di Strasburgo, 12 aprile 2017 (in francese):
https://www.youtube.com/watch?v=g8ljnd4kVJo&t=752s
“El deseo del analista”, G. George. Virtualia n.º 13. Anno IV, giugno / luglio 2005:
http://virtualia.eol.org.ar/013/default.asp?notas/george.html

“La subjetividad hipermoderna”, J. Assef. Blog della NEL Bogotá, 2013:
http://nelbogota.blogspot.com.es/2013/06/jorge-assef-la-subjetividad-de-la-epoca.html